Critique littéraire : Mississippi Solo, d’Eddy L. Harris

Après ces fêtes de fin d’année où vous avez fait le plein de civilisation et de civilités – que ce soit par des retrouvailles en comité plus ou moins réduit, par les voeux envoyés aux proches ou par les cadeaux offerts et reçus, je vous propose de commencer l’année par une traversée en solitaire dépaysante, purgative et joyeuse. Embarquez pour Mississippi solo, un voyage en canoë de plusieurs milliers de kilomètres aux côtés d’Eddy Harris.

Dans cette aventure, il y a beaucoup de hasards – comme souvent dans la vie. Après de nombreux échecs littéraires, Eddy Harris est déboussolé. Il choisit alors de s’éprouver, de se prouver qu’il vaut quelque chose, et quoi de mieux que de chevaucher en canoë une légende américaine de force et de richesse : le Mississippi. Du canoë, Eddy Harris en a fait trois ou quatre fois dans sa vie, ce sera bien suffisant. Le Mississippi passe non loin de là où il a grandit, ce sera une étape de repos. Finalement le choix hasardeux du lieu de l’épreuve et du moyen de transport semble idéal. Le projet sonne néanmoins irraisonné et irresponsable pour nombre de ses amis qui tentent de l’avertir du danger. Sont-ils mal attentionnés ? Certainement pas. Manquent-ils d’un grain de folie ? Peut-être. 

En tout cas, ce que confirme la lecture du roman, c’est qu’Eddy Harris a fait le bon choix. Cette traversée enivrante embarque le lecteur au côté du narrateur avec qui on devient ami. Le fleuve devient un personnage à part entière. On fait connaissance avec lui en même temps que l’écrivain-pagayeur, on apprend à l’aimer et à le craindre, à lui être reconnaissant. Loin des habitations chauffées, bien isolées et des moyens de transport rapides et imperméables, les éléments naturels retrouvent leur vérité. La pluie, le vent, le soleil, les courants montrent leur puissance et leur violence bien réelles une fois sortis des villes et des itinéraires goudronnés. 

Au fil du voyage, les paysages et les villes changent de visage. La pureté cristalline des rivages du nord se transforme en foisonnement chaud et humide au sud. Les rencontres humaines donnent au mot « ami » une nouvelle signification. Ce n’est plus seulement la relation privilégiée faite de loyauté, de présence et de curiosité envers l’autre. Devient « ami » toute personne rencontrée sur le chemin avec qui on noue un lien, aussi éphémère soit-il. La rencontre est vraie, humaine, faite de mutuelle confiance et d’entraide sur la base de rien. La solitude et l’itinérance semblent simplifier le rapport à l’autre et excluent une grande partie de la méfiance. L’ami de quelques minutes ou de quelques heures est accepté avec lâcher-prise et bienveillance, sans jugement – tout comme comme le fleuve, le vent, le courant, amis ou ennemis à qui on ne peut adresser aucune protestation. 

Ce qui ressort pour moi de ce roman est l’importance d’avoir le courage d’aller au bout de ses envies et de ses projets, soient-il les plus simples ou les plus fous, tout en restant souple et curieux du présent. Par quelle voie vous révèlerez-vous à vous-mêmes ? Vous êtes le seul détenteur de cette clef, à vous de la saisir au fond de votre poche et de la sortir pour l’insérer dans la serrure de la vie. Comme le dit Aurélien Barrau dans sa dernière interview chez Augustin Trappenard, osez faire un pas de côté par rapport à ce qui est attendu de vous. C’est à la suite de ce voyage incongru que la carrière de Eddy Harris a décollé. Alors, foncez ! 

Je pense que cette conclusion vaut toutes les bonnes résolutions et les bons voeux de début d’année. Je ne vous souhaite qu’une chose pour 2021 : trouver votre Mississippi ! 

Merci à l’écrivain Frédéric Ciriez qui a évoqué ce livre lors d’un atelier d’écriture très enrichissant – et à Charlie d’en avoir terminé l’éloge ! 

Une fois de plus, nous remercions Cécile Reconneille pour sa contribution. Retrouvez la sur son site À tire d’Aile.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s